Categorie : Réflexion Business

Le jour où le web nous fera moins perdre de temps.

Souvenez vous il y a encore quelques années nous n’avions pas de téléphones portables, ni d’internet d’ailleurs, certes l’accès à l’information était plus complexe, plus long et moins fluide mais cela fonctionnait quand même… Aujourd’hui nous vivons une époque diamétralement opposée avec un accès à l’information « trop » facile, une surexposition au contenu de tout type et une facilité déconcertante pour tout « savoir » sans nécessiter de grande culture mais simplement de quelques minutes…

Continuer la lecture

Quelques articles à lire aussi


Apple dépensera 10 milliards de dollars en R&D cette année

Oui vous avez bien lu c’est bien 10 milliards de dollars, un sacré chiffre qui sera consacré à la recherche et développement chez Apple. Selon Above Avalon qui a analysé l’évolution des dépenses R&D d’Apple ce chiffre est en très forte croissance depuis quelques années. Aujourd’hui les dépenses en R&D d’Apple sont à plus de 6% du chiffre d’affaires de la société.

Continuer la lecture

Quelques articles à lire aussi


Le très haut débit, aujourd’hui ce sont les parisiens qui en profitent!

Ayant reçu récemment, enfin il y a deux mois maintenant, une demande de câblage pour la fibre optique de mon habitation, je me suis demandé ce qu’il en était en France de la couverture internet. Au lieu de ne regarder que la fibre optique j’ai aussi analyser le taux d’éligibilité moyen selon les départements et plutôt que de faire un très beau fichier excel (enfin j’ai du en faire un quand même) j’ai préféré présenter les résultats sur des belles cartes issues de l’un de mes side projects…

Alors pour commencer j’ai utilisé les données de La Mission Très Haut Débit qui propose des informations commune par commune, j’ai donc compilé les informations par département pour avoir quelque chose de visible et compréhensible sur des cartes.

On commence avec l’éligibilité quelque soit la technologie (DSL, câble et fibre), de manière général la France est pas mal connectée même si on voit clairement des zones moins bien connectées que les autres (en blanc sur la carte), pas de mystère ces zones sont des zones où la densité de population est la plus faible, on imagine bien que les opérateurs ne sont pas trop chaud et motivés pour aller raccorder tout le monde dans ces zones… En revanche les zones des grandes villes sont particulièrement bien connectées avec des taux aux alentours de 99% ce qui est idéal comme l’Oise, la Somme, le Morbilan…

Voici la carte avec le taux d’éligibilité au T3 2015

Pour intégrer la carte sur votre site :

Continuer la lecture

Quelques articles à lire aussi


Apple capte 94% des profits de l’industrie des smartphones

Pesant uniquement 13,5% de part de marché selon IDC, Apple capterait 94% des profits de ce secteur! Un sacré chiffre sachant que l’année dernière à la même période les analystes estimaient cette part à 85%… Doit on se demander si Apple ne vendrait pas trop cher ses appareils? Ou alors que les concurrents pourraient vendre leurs téléphones plus chers. Bref un superbe cas d’école sur la politique tarifaire et sur un positionnement haut de gamme justifiant des une politique de prix élevés.

Source

Quelques articles à lire aussi


Graphique du temps pour accéder à 100 millions d’utilisateurs

Voici un graphique intéressant présentant le temps qu’il faut pour accéder à 100 millions d’utilisateurs. On constate que plus le temps passe et moins il faut de temps pour atteindre 100 millions d’utilisateurs. Il a fallu 75 ans pour la téléphonie pour atteindre ce chiffre et seulement 1 an et 3 mois pour l’application Candy Crush…

Quelques articles à lire aussi


Impressionnante évolution de l’offre Airbnb à Amsterdam depuis 2008

Voici un petit gif animé qui se passe de commentaire et qui montre sur la carte de la ville d’Amsterdam comment Airbnb est devenu la société qu’elle est aujourd’hui. Un gif à ne pas montrer à des hôteliers qui risqueraient de faire un malaise.

Source z24

Quelques articles à lire aussi


La difficulté d’interprétation d’un indicateur sans le contexte

Aujourd’hui à l’heure du big data et de l’utilisation des indicateurs à tout va pour piloter les entreprises pour prendre des décisions, parfois on peut faire des erreurs d’interprétation des dits indicateurs et cela peut être problématique.

Prenons par exemple un indicateur que j’ai mis en place sur l’un de mes sites qui me permet de connaitre la performance en terme de clics entre deux partenaires intervenant dans la même thématique. Cet indicateur m’indique que le partenaire A génère un nombre de clics par utilisateur de 4 et le partenaire B un nombre de clics de 2. La première interprétation est de dire que le partenaire B est logiquement moins performant que le A car il ne génère pas autant de clic que le A mais en réfléchissant un peu plus ne serait il pas plus performant que le A car s’il y a moins de clics par utilisateur peut être qu’il propose un contenu plus en adéquation avec les recherches des utilisateurs et de ce fait ils n’ont pas besoin de consulter d’autres informations.

Tout cela pour dire que l’interprétation d’un indicateur est parfois complexe et nécessite une bonne compréhension du contexte mais aussi de prendre du recul pour avoir la bonne interprétation et ainsi prendre des décisions adaptées. Il faut parfois mettre en place des solutions pour demander aux utilisateurs se qu’ils pensent afin d’avoir un retour précis que l’on peut mettre en regard de l’indicateur.

Alors réfléchissez bien en analysant vos différents indicateurs et n’oubliez pas de demander l’avis à vos clients et utilisateurs…

Quelques articles à lire aussi


Amazon a gagné de l’argent sur le dernier trimestre 2014 grâce aux ventes au US

Amazon et la rentabilité est un roman. En effet cette société n’a pas pour habitude d’être profitable mais de chercher à augmenter sa présence et son chiffre d’affaires sur le marché mondial du e-commerce, ceci à la grande déception des investisseurs. L’année dernière, Amazon a pourtant dégagé un profit de 214 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 29,3 milliards de dollars.

En regardant un peu les comptes on peut voir que ce profit est majoritairement relatif au marché américain car Amazon n’a pas tellement progressé à l’international par rapport au même trimestre de 2013. Certains analystes pensent que cette rentabilité et ce développement du CA proviennent de l’augmentation des abonnés Prime (premium en France) qui a bondi de 53% sur 2014. Il est vrai que cet abonnement Prime est un formidable verrouillage des utilisateurs d’Amazon qui préfèrent acheter chez Amazon et ainsi de bénéficier des services plus comme la livraison en 2 jours ou des autres services proposés notamment aux USA.

Sur le graphique suivant on voit très bien que ce sont les ventes e-commerce aux USA qui ont boosté le CA global (dans other on retrouve les ventes AWS) :

Les données sont issues du document d’Amazon ici.

Quelques articles à lire aussi