Pas de salaire, ni bonus, ni actions pour les dirigeants de Google

0 Flares 0 Flares ×

Depuis quelques années les dirigeants de Google ne perçoivent pas de salaire (1$ par an peut on encore parler de salaire?) mais ils touchaient des bonus et des compensations en actions pour le remercier de leur implication dans la firme.

Cette année, Google va encore plus loin dans la stratégie de rémunération de ses dirigeants puisqu’ils ne toucheront rien mis à part le un euro habituel, il n’y aura donc aucun bonus ni distribution d’actions pour Sergey Brin, Larry Page et Eric Schmidt seulement des avantages permettant le remboursement de leurs frais …

Certes en ont ils réellement besoin? Brin pèse en bourse 9,9 milliards de dollars, Page 10,1 milliards et Schmidt 3,3 milliards de dollars… Mais tout travail mérite salaire, alors pourquoi ne pas les rémunérer? Il est vrai que leur travail impacte le cours de l’action, donc s’ils travaillent bien ils gagnent de l’argent, indirectement mais quand même.

Je pense qu’il serait difficile de transposer cette approche en France sachant que les grands patrons français ne sont pas les fondateurs des sociétés qu’ils dirigent, ce qui est le cas pour nos amis de Google. Mais l’approche est à étudier sérieusement: une rémunération en action et un salaire à 1 euro, avec cela je suis certain que les patrons se défonceraient pour faire progresser leur entreprise… Le salaire des patrons français était en moyenne de 383.000 € par mois (pour les 50 premiers patrons français en 2007).

salaire-patronat

Via Cnet

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 LinkedIn 0 Google+ 0 0 Flares ×

  • http://www.dauran.com Arnaud

    L’effet pervers est qu’ils vont essayer par tout les moyens de faire monter le cours de l’action.
    Les licenciements, se faire acheter, délocaliser dans les pays ou la main d’oeuvre est pas chère….

  • http://www.simonrobic.com Simon Robic

    « Je pense qu’il serait difficile de transposer cette approche en France sachant que les grands patrons français ne sont pas les fondateurs des sociétés qu’ils dirigent, ce qui est le cas pour nos amis de Google. »

    Eric Schmidt n’est pas fondateur de Google, il est arrivé après. Donc bon, pourquoi pas ? :)

  • http://www.2803.fr henri

    Oui en effet, mais il a été lourdement associé au capital lors de son arrivée (plus de 3 milliards de dollars en bourse) donc la boite lui appartient aussi un peu au final. Mais pourquoi pas…

  • http://unearaigneeauplafond.fr/ Martin

    Je ne suis pas d’accord avec toi, henri, quant à se défoncer plus si le seul salaire avait été la valeur de l’action. En effet, cela implique que l’actionnaire sait juger du travail d’une entreprise. Or, l’essentiel des investissements financiers sont à très court terme. Ainsi, ce qui serait récompensé, par exemple, dans le cas de Yahoo!, c’est la vente de son actif, en l’occurrence son moteur de recherche. Mais l’année suivante, que vaudrait Yahoo! ?

    Ceci dit, si tout travail mérite salaire (admettons, je ne suis pas très fan de cette affirmation), alors on devrait effectivement payer certains dirrigeants avec des salaires plus raisonnables, quitte à les intéresser aux bénéfices de l’entreprise sur le long terme.

    J’ai vu dans une grande entreprise tous les cadres revendre leurs stock options dès qu’ils le pouvaient, systématiquement, depuis des années, et ça, ça n’aide pas une entreprise à gagner en valeur en bourse… :-/ Par ailleurs, avoir des actions implique des conflits d’intérêt et des délits d’initiés évidents : on ne prend pas les mêmes décisions pour l’entreprise et pour soi.

  • http://www.ideesdesiteweb.com Greg

    Moi je dis : la classe !

  • http://bleuenn.com/ Bleuenn

    Google c’est aussi une autre planète…

  • http://www.abricocotier.fr AbriCoCotier

    Je partage les avis d’Arnaud et de Martin. En fait, j’ajouterais à ton propos, Henri, qu’il faut que la société soit dirigée par ses créateurs (même si là y’a Eric Schmit, Serguey et Larry sont toujours dans le coup), et je rajouterai à ton exemple celui d’Apple avec Steve Jobs, ou encore de la différence entre le Microsoft de Bill Gates et celui de Steve Ballmer.

    Il y a un lien charnel entre le créateur et don entreprise, que même les plus gros plans d’actions/stock options/salaires ne peuvent égaler.