Tag : capital-risque

845 millions de dollars investis dans les boites du web 2.0 en 2006

Voici une étude Ernst & Young (au passage c’est mon employeur actuel) et Dow Jones VentureOne sur la nature de l’investissement privé dans les boites du web 2.0 en 2006. Et bien cela ne va pas si mal que cela pour le secteur car il y a eu deux fois plus de deals en 2006 qu’en 2005 (et ce qui est fou c’est que cela double tous les ans depuis 2002) ! 167 deals ont été identifiés en 2006, représentant un montant de 844.4 millions de dollars pour l’année écoulée.

Ce qui aussi rassurant c’est que dixit Stephen Harmston, Directeur du Global Research de VentureOne les volumes d’investissement ne laissent pas encore présager d’une quelconque bulle d’investissement (pour une fois que je trouve quelqu’un qui le dit il fallait le souligner). Ce qui ressort aussi de l’étude est que les boites du web 2.0 se positionnement maintenant clairement maintenant sur des applications business et non plus uniquement sur des applications démontrant la preuve du concept.

Malheureusement les investissements sont majoritairement sur le territoire américain avec 126 deals pour un montant de 682,7 millions de dollars (une paille ;)). Bon ce qui est rassurant c’est que ces deals se sont situés à San Francisco (avec plus de la moitié des deals réalisés là bas), New York, en Californie du Sud et en Nouvelle Angleterre…

L’Europe représente une vingtaine de deals versus les quatre de 2005 les progrès sont énormes pour un montant investi de 100,5 millions de dollars. Et c’est l’info intéressante de l’étude, la France est en tête des investissements dans le web 2.0 avec 7 deals pour un montant de 39,3 millions de dollars devant les anglais !

Les investissements dans le web 2.0 en Chine sont stables versus 2005, 21 deals de réalisés en 2006 pour un montant de 61,3 millions de dollars.

En Israël cela ne déconne pas puisque seulement deux deals ont été réalisés mais représentant un montant de 22 millions de dollars, de belles levées de fond !

screenshot660.jpg

Les Ventures Capitalists les plus actifs dans le domaine du web 2.0 sont : Benchmark Capital, Draper Fisher Jurvetson, Sequoia Capital, et Omidyar Network.

VC list

Il est intéressant de noter que les sociétés européennes sont moins bien valorisées en moyenne que leurs homologues US mais en revanche les montants moyens par tour de table sont plus élevés pour ces boites européennes (est ce que les VC européens ne seraient pas un peu plus sélectifs (voir frileux) que nos amis américains ?).

valorisation web 2.0

Et puis voici pour finir un extrait de la liste des 167 deals de l’année 2006, vous allez certainement reconnaître des sociétés éditant des services que vous utilisez :

deal en 2006 web 2.0

NB : la méthodologie pour identifier les sociétés rentrant dans le périmètre du web 2.0 est détaillée ci-dessous:

VentureOne has adopted a strict research methodology for categorizing Web 2.0 companies, reviewing them on a case-by-case basis to determine if they meet specific criteria. Companies included in this study have a business model that revolves around a dynamic interface facilitating participation through such methods as user-created content, networking, and collaboration. Applications include podcasting, tagging, blogs, social networking, mashups, and wikis. Technologies used in these applications include: AJAX, RSS, SOA, CSS, XHTML, Atom, and rich Internet applications.

Quelques articles à lire aussi


Etes vous fait pour le capital risque?

Guy Kawasaki, venture capitalist bien connu dans la silicon valley a mis en ligne un test pour voir si vous êtes fait pour exercer dans une boite de capital risque.

test VC

Ce test reste bien entendu une version très américaine (voir de la silicon valley) du métier du capital risque et comme le souligne Valleywag de très bons VC (Venture Capitalist) n’auraient pas obtenu un superbe score à ce test :

Mike Moritz of Sequoia Capital, backer of both Yahoo and Google, was never a CEO (- 2 points), does have an MBA (-5 points), and a stint as a journalist is such a stain that it doesn’t even bear asking about.

A vous de tester vos aptitudes ici.

Quelques articles à lire aussi