Tag : beta

Beta ou l’art de proposer un service non abouti sans s’attirer les foudres des utilisateurs

Beta est très certainement le terme le plus emblématique du feu web 2.0. En effet, tout service qui se respectait utilisait ce terme pour prévenir l’utilisateur qu’il était sur une zone encore en travaux… Depuis le terme c’est galvaudé, il est devenu un concept marketing bien fichu qui permettait de mettre l’accent sur le caractère novateur du service. Combien de services glissent un petit « béta » sous leur logo, même Google le fait mais pas forcément pour les mêmes raisons.

googlelabs

En effet si vous utilisez des produits issus du Labs, vous acceptez que ces fonctionnalités et services soient retirés à tout moment :

Labs experiments may be unavailable or be even removed without notice and you may not be able to access any of your data. We recommend that you not use sensitive information in a Labs experiment.

Alors le terme béta c’est un peu un concept marketing, une assurance pour l’éditeur du service et un moyen de buzzer sans se bruler les ailes! A utiliser avec parcimonie tout de même! Google a fait quitter à Gmail sa beta après 5 ans, beaucoup pensaient que Gmail resterait en beta à vie…

Quelques articles à lire aussi


Betas of the year

Saurier Duval, l’auteur du très utile momb (Museum of Modern Betas) m’a demandé de lui donner les 5 betas (il faut un sigle beta près du logo de la boite) qui selon moi ont marqué l’année 2006. Voici donc la liste des 5 betas que je lui ai donné et pourquoi je les ai choisies.

En premier je pense à like.com, le moteur de shopping basé sur l’algo de reconnaissance faciale de riya. Je trouve la technologie vraiment intéressante et je pense qu’à terme cela va être une vraie killer app.

En second, coComment, la start up suisse qui permet de suivre vos commentaires partout sur internet. coComment vient d’ailleurs de lever 1,5 millions de dollars pour 40% des parts de la boite.

En troisième, veoh qui est une sorte de youtube mais basé sur une technologie de P2P.

En quatrième, ilike.com, le plugin pour itunes qui permet de vous recommander des artistes en fonction de la musique que vous écoutez. Ils viennent d’ailleurs de lever énormément d’argent très récemment (13,3 millions de dollars pour 25% de la société, une très belle opération)

En cinq, metaweather qui propose une version communautaire de l’information météorologique pour améliorer l’algo de prévision.

En six (oui je sais c’est un top 5 mais j’en ai donné quand même 6), je pense à Moola qui a réussi à imposer un business model basé sur de la publicité obligatoire et active (vous êtes en effet obligé de regarder la pub attentivement pour pouvoir jouer et espérer gagner de l’argent.)

Petite précision tout de même, sur Museum of Modern Betas il faut absolument qu’il y ait une mention du beta sur le site pour pouvoir être intégré !

Et vous quel est votre top 5 de l’année?

Quelques articles à lire aussi


Le fameux beta

C’est vraiment dingue, Google a réellement lancé une tendance en mettant un beta à la suite de chacun de ces services web. Depuis je me demande si la signification du beta utilisé par tous les sites web 2.0 ne s’éloigne pas un peu de la signification originale de ce terme, selon answer.com la définition exacte est :

Used in software publishing, « beta » is the name given to a pre-release version of a software product. This beta version is used for testing purposes, is often problematic and thus only available to specific users who are encouraged to provide feedback for improvement. Beta versions are commonly found on company websites and can be downloaded. Many include expiration dates to eliminate proliferation of flawed software.

Si l’on essaye de chercher un peu plus loin, pour wikipedia.fr le terme « beta » appartient à la famille des betteraves (Beta vulgaris), famille dans laquelle il y a 3 types de betterave : les sucrières, les fourragères et les potagères.

Donc pourquoi ne pas segmenter les sites web 2.0 avec ces 3 types de « beta », cela pourait donner par exemple :

Les betteraves sucrières (les carburants d’informations):

Les betteraves fouragères (les sites qui fournissent de l’alimentation de base pour les sites & blogs):

Les betteraves potagères (les sites qui alimentent/rassemblent les internautes):

A vous de compléter la liste!

Bon c’était la réflexion du mardi ;)

Quelques articles à lire aussi