Quand le succès d’un blog peut le conduire (peut être) à sa perte

16 commentaires sur “Quand le succès d’un blog peut le conduire (peut être) à sa perte”

  1. « banques d’images libre de droit » ou par des banques d’images crowedsourcées avec des petits droits et des micro-paiements :
    http://www.scooplive.com/

    C’est amusant, sur tous les terrains des journalistes (même paparazi), on trouve des amateurs-counterparts (et je dis pas substitues) qui bousculent les marchés dormants.

  2. Un problème qui ne fait que commencer: le paradoxe c’est qu’un Youtube ou un Flickr peut se réfugier derriere le Safe Harbour en prétendant n’être qu’un hébergeur technique alors qu’un site « éditeur » lui est pleinement responsable de ses publications. Autrement dit le droit de la presse s’applique pleinement pour le meilleur et pour le pire.
    Petit à petit les sites amateurs et semi-pro vont devoir intégrer les contraintes légales et financières des pros…

  3. Il reste tout de même difficile d’utiliser une banque d’images libres de droits pour des photos de stars !

    Par ailleurs, es-tu sûr pour ce qui est de tes chiffres ? Parce qu’avec $9.000 à $16.000 de revenus publicitaires par semaine (mais tu ne parles que d’un seul encart ?!), on arrive à $38.250 et $68.000 de revenus publicitaires par mois, ce qui nous donne une moyenne $12,75 à $22,67 pour 1.000 impressions.

    J’avais expérimenté des revenus inférieurs à $2,45 à $2,55 pour 1.000 impressions de moyenne sur l’un de mes blogs (certes, qui ne parlait pas des people)…

    Je viens de faire un tour sur la page de l’une des régies publicitaires du site :

    http://site.www.adbrite.com/mb.....38;afsid=1

    Ce site annonce des chiffres très différents :

    – plus de 10.000.000 de pages vues par jour ;
    – plus de 350.000 visiteurs uniques par jour ;
    – une moyenne de $0,15 par clic.

    Bon, ces chiffres ne paraissent pas très cohérents. En effet, cela équivaudrait tout de même à plus de 28 pages par jour et par utilisateurs ! L’expérience des blogs m’a montré que la moyenne est de l’ordre de 2 à 4 pages par visite sur un blog.

    Si l’on prend tout de même comme base $0,15 par clic et $9.000 à $16.000 de revenus publicitaires par semaine, soit $38.250 à $68.000 de revenus publicitaires par mois, cela nous donnerait 255.000 clics mensuels. A raison de 0,5 à 5 % de taux de clics par publicité affichée, cela nous donnerait entre 5.000.000 et 51.000.000 publicités affichées par mois. A raison d’une publicité de cette régie par page, cela fait tout de même beaucoup de pages…

    Non décidément, aucun de ces chiffres ne concorde ! Il y a un truc qui ne colle pas, visiblement !

  4. Kwa ton raisonnement fonctionne à partir du moment ou tu vends du CPM mais je pense que ce blog vend aussi de l’emplacement forfaitaire comme techcrunch qui deal à 10,000$ le mois le 125×125 quelque soit le nombre de pages vues.

    Le revenu total du blog doit être un mix entre du CPM et du forfait je pense…

  5. En effet, henri, le blog vend des espaces forfaitaires. Néanmoins, adBrite, pour mieux vendre les espaces publicitaires, présente des tarifs au clic, après donc avoir divisé le nombre de clics générés par le nombre de pages affichés, puis multiplié par le tarif de l’espace pub.

  6. Pas très malin de la part d’AdBrite, ça signifie qu’on vend de la visibilité par l’argument de la performance aux clics. Ce n’est pas comme ça qu’on pourra espérer sortir du cercle infernal du CPM aligné sur le CPC. A mon avis c’est le moment de changer de régie…

  7. Emmanuel, je continue toujours à m’étonner de voir le modèle du CPA disparaître au profit du modèle du CPM. En effet, cela élimine d’emblée bon nombre d’annonceurs. En effet, les sorties au cinéma n’ont besoin que de visibilité, et non de clic, tout comme les boissons gazeuses ou encore les lessives… D’ailleurs, à ce propos, je ne me souviens pas avoir vu la moindre publicité pour de la lessive sur le web…

  8. Kwa c’est la responsabilité des sites éditoriaux (ou de leur régie) de refuser le CPA (par ailleurs je pense que tu a voulu duire le contraire : disparition du CPM au profit du CPA non?)

    Bonne remarque sur les lessiviers… Figure-toi qu’ils ne sont pas du tout convaincu par les retours de performances de la pub sur le Web, donc ils font des tests.

  9. Oups, merci de me corriger, Emmanuel, je voulais regretter l’abandon du CPM (Coût Pour Mille affichages) au profit du CPC (Coût Par Clic) ou encore du CPA (Coût Par Action, l’action étant le remplissage d’un formulaire ou une action d’achat).

    D’une part, je peux comprendre que pour les boutiques en ligne, ce qui est le plus intéressant, c’est le CPA, car ils ne payent que ce qui a rééllement profité à leur enseigne. Cependant, je note des rémunérations au CPA ridicules sur le web ! Alors que le plus difficile est de trouver le client, c’est, étonnamment sur le web, ce qui rémunère le moins ou presque !

    La visibilité est payée à la télé, alors que tout le monde ou presque en profite pour s’éclipser, alors pourquoi ne l’est-elle plus sur le web ? Certes, certains très gros sites arrivent à vendre des espaces à la semaine, mais cela reste tout de même très limité, comme situation, les autres devant se contenter du CPC ou CPA, ce dernier n’étant pas très populaire auprès des régies les plus importantes, car il suppose que le marchand joue le jeu (et ne retire pas les marqueurs de la régie d’affiliation au moment de la vente, par exemple, ce qui est quasi-impossible à vérifier par la régie ou l’éditeur)…

  10. Tiens, au fait, cette histoire de droits me fait penser à un « incident » que j’ai eu en publiant une vidéo de tour de magie via le service DailyMotion sur mon blog :

    http://blog.lesperlesduchat.co.....e_la_magie

    Dans les jours qui ont suivi, toutes les pages apparaissant en première page des résultats de recherche de Google pour le mot-clé « Ursula Martinez » avaient semble-t-il reçus une même lettre de menaces de poursuites d’un cabinet d’avocats canadien. Amusant de constater que la vidéo est toujours restée sur DailyMotion, la page concernée n’apparaissant pas dans les premiers résultats de Google… Pourtant, en commençant par là, ils auraient coupé l’herbe à des centaines de sites d’un coup…

    Bref, avec les YouTube like, il y a un marché à prendre, dans la protection de marques et de droits d’auteur sur le web !

  11. Attention à l’utilisation des photos libres de droits pour vous constituer votre propre banque de photos en téléchargeant celles-ci depuis le web. « Libres de droits » ne signifie pas gratuit. La majorité des banques d’images sont payantes. N’oubliez pas le droit d’auteur.

Les commentaires sont fermés.