Tag : app store

50% du chiffre d’affaires des app stores est réalisé par 25 développeurs!

Voici le chiffre du jour : 50% du chiffre d’affaires des apps stores (apple store et play store) aux USA serait réalisé par seulement 25 développeurs. Selon Canalys, sur les 120 millions de dollars de CA réalisés sur les 20 premiers jours de novembre, se sont principalement des sociétés dans l’univers du jeu qui se sont partagés les 60 millions de dollars.

Zynga, Electronic Arts, Disney, Kabam, Rovio, Glu, Gameloft et Storm8’s TeamLava sont les grands gagnants des app stores avec en plus Pandora qui vend très bien sont application de diffusion de radio. Certes ils ne font pas tout le revenu avec une seule application mais avec des dizaines de titres (comme Zynga par exemple).

Source canalys

Quelques articles à lire aussi


10 milliards d’applications android téléchargées, mais toujours pas de revenus corrects

Voici un chiffre qui pose. Le market d’android, l’équivalent de l’app store d’Apple vient de franchir un cap très intéressant puisqu’il y a eu plus de 10 milliards de téléchargement d’applications via cette plateforme.

Comme on peut le constater sur cette image, le rythme de téléchargement des applications augmente de mois en mois. Pour information en Octobre 2011, Apple a annoncé 18 milliards de téléchargements, Android va donc plus vite sur ce point.

En revanche il ne faut pas oublier qu’Android pour les développeurs n’est pas très intéressant versus Apple, certains estiment d’ailleurs que les revenus de l’android market représenteraient uniquement 7% de ceux de l’app store :

Quelques articles à lire aussi


Le Financial Times souhaite regagner de l’indépendance avec ses applications

Voici un mouvement qui va peut être donner des idées à d’autres développeurs ou groupes de presse (qui ont déjà de la visibilité naturelle). En effet, le Financial Times vient d’annoncer que son application pour iphone et ipad était désormais sous la forme d’une webapp en HTML5 et que l’expérience utilisateur était similaire à celle de l’application qui était auparavent proposée sur l’appstore d’Apple.

En faisant cela le Financial Times gagnera à terme les 30% de commissions qui sont prélévés par Apple sur les ventes réalisées via les applications. Un pari osé mais qui je pense sera payant pour le groupe de presse qui de ce fait pourra aussi proposer des mises à jour fréquente de son application sans pour autant attendre la validation d’Apple. Notez par ailleurs que le FT n’a pas dit qu’il coupait les ponts avec Apple non plus puisqu’ils laissent l’application avec l’abonnement dans l’app store…

Une approche courageuse qu’il fallait souligner… Pour faire le test de cette webapp c’est sur http://app.ft.com qu’il faut faire pointer son ipad ou iphone!

Quelques articles à lire aussi


Ouverture de l’Apple Mac App Store

Apple ouvre aujourd’hui le Apple Mac App Store qui n’est ni plus ni moins le pendant de l’App Store que les possesseurs d’iphone connaissent très bien, le principe est de proposer un endroit unique où le possesseur d’un mac pourra trouver les logiciels qu’il souhaite acheter ou télécharger.

On imagine bien que ce nouvel endroit va vite devenir un point de passage obligé pour installer un logiciel sur son mac, on n’a plus qu’à espérer qu’Apple ne rende pas obligatoire la présence du logiciel sur le Mac App Store et ne transforme pas ainsi les macs en système fermés comme l’iphone. Si cela se passe comme cela on aura perdu un peu de liberté avec nos macs…

Quelques articles à lire aussi


Les web apps, le futur des applications mobiles?

On le sait tous aujourd’hui il faut avoir son application dans l’app store d’Apple mais aussi dans l’Android Market et éventuellement sur l’app store de Blackberry. Certes cela ne fait que trois versions de l’application à développer à chaque fois mais les contraintes sont ailleurs. En effet, au lieu de développer et de faire du business en direct vous allez passer au bon vouloir d’un tier qui va valider votre travail. C’est le principe des App Stores.

Mais pour faire fonctionner des applications sur un mobile il n’est pas non plus nécessaire de faire des applications, n’oublions pas que les sites mobiles peuvent aussi être de très bonnes web apps. Youtube vient d’ailleurs de présenter la nouvelle version de son site mobile et comme le titrait le New York Times « l’application Iphone de Youtube semble obsolète au regard de la version mobile de Youtube ». Regardez simplement la vidéo ci-dessous et vous allez comprendre pourquoi :

Certains marchands développent aussi de belles versions mobiles, regardez ce qu’à pu faire Timefy (avec l’aide de NewQuest) sur sa prochaine version mobile :

Avouez que l’experience utilisateur est plutôt réussie! Alors si tout le monde se met à faire des versions mobiles comme cela on n’aura plus besoin d’applications… Cela serait un comble pour Apple et son business model qui repose sur cela!

Quelques articles à lire aussi


Le torchon brûle entre Apple et Google

Hier encore Eric Schmidt, actuel CEO de Google, siégeait au conseil d’administration d’Apple mais les choses ont changées comme le précise le communiqué de presse d’Apple. Les stratégies des deux sociétés, hier amies, ont évoluées et d’un statut de société IT elles sont passées à celui de sociétés concurrentes.

CP-Apple

Alors qu’est ce qui a pu se passer comme fait pour arriver à la démission de Schmidt du board d’Apple?

Historiquement Google gérait un moteur de recherche et Apple fabriquait des ordinateurs. Mais depuis quelques temps la diversification des deux sociétés fait qu’elles se retrouvent frontalement sur certains marchés comme celui des mobiles ou encore celui des OS d’ordinateurs.

Google
OS téléphone mobile : Android (open source)
OS ordinateurs : Chrome OS (open source)
Application de téléphonie : Google Voice
Apple
OS téléphone mobile : Iphone OS
OS ordinateurs : Mac OSX
Partenariat avec des opérateurs telco

La semaine dernière Google a constaté qu’Apple avait refusé l’application Google Voice pour l’Iphone pour des raisons obscures d’application redondante par rapport à l’app store. La vraie raison de ce refus étant très certainement qu’Apple et ses partenaires telco (AT&T) ne doivent pas voir d’un bon oeil que Google les place en fournisseurs de base en leur enlevant la relation avec le client final. Ce refus d’Apple a réellement énervé les dirigeants de Google qui ont décidé de saisir la FCC pour invalider le refus d’Apple. La réponse d’Apple a été sans équivoque puisqu’Eric Schmidt se faisait remercier dans la foulée du board d’Apple.

Je crois que l’on peut dire que la guerre est ouverte et que les deux sociétés sont maintenant des sociétés concurrentes aussi bien sur le marché des mobiles que celui des ordinateurs.

Quelques articles à lire aussi


Pourquoi Blackberry limite-t-il son app store à seulement 3 pays?

Comme vous le savez très certainement Blackberry a lancé il y a quelques temps son app world comme Apple avait pu le faire il y a bien longtemps. Mais à l’inverse de celui d’Apple, celui de Blackberry est limité à trois pays pour l’instant : US, Canada et UK. Bon jusque là il n’y a pas trop de problème, on ne peut pas en vouloir à RIM de tester son concept de magasin virtuel uniquement sur des zones qu’ils connaissent bien mais cela devient un peu plus énervant lorqu’un éditeur décide de mettre uniquement son application sur cette plateforme, rendant de ce fait le téléchargement impossible pour tous ceux qui n’habitent pas dans les bons pays.

blackberry-app-world

Le dernier en date est Evernote qui propose un logiciel de gestion de tâches, de prise de note, de sauvegarde d’informations plutôt bien fichu et qui est surtout multiplateforme : web, desktop, iphone et maintenant blackberry mais uniquement pour ceux qui sont aux US, Canada et UK. Si vous lisez les commentaires sous la note annonçant le lancement de cette application sur les blackberry vous verrez que peu en disent du bien et beaucoup se plaignent du fait que l’application ne soit disponible que sur l’app world de Blackberry. Une stratégie un peu loupé de la part d’Evernote qui au final ne marquera pas les esprits des utilisateurs non couverts par l’app world…

Donc si jamais vous aviez à utiliser ces plateformes pour mobiles (microsoft, blackberry ou apple), n’oubliez pas les utilisateurs non couverts sinon ils vous feront part de leur mécontentement…

Quelques articles à lire aussi


La recette pour réussir son application iphone

Faire une application pour l’Iphone est quelque chose de tentant au vu des statistiques affichées par Apple sur l’App Store. Certains développeurs ont littéralement fait fortune et cela très rapidement, alors comment ont ils fait, quelles types d’applications faut il développer autant de question que Davide Di cillo a tenté de répondre dans cette présentation powerpoint qui en 12 slides donne une bonne idée des bonnes pratiques à mettre en oeuvre pour développer sous l’Iphone.

Je vous l’accorde cela n’est qu’un début de réponse mais un bon début tout de même!

Quelques articles à lire aussi


Page 1 de 212